Xavier Canal

Appareil livré dans les temps !

Le souci de la qualité Fuji est dans la boite. Bien protégés l’appareil et ses accessoires sont disposés dans les espaces séparés un peu à la mode Apple. De multiples petits détails nous permettent de prendre en main l’appareil magique et de le conditionner. Ainsi, par exemple, l’aide en plastique pour  monter les bagues métalliques de la courroie (ce qui nous évite de se détruire un ongle au passage).

Unboxing parfait avec le reste des accessoires et autres câbles, y compris mode d’emploi et CD Rom d’installation (le traitement des Raw est propriétaire il faudra que je vérifie). Bémol,  pas de carte mémoire, fusse t’elle minimaliste. Un détour chez le fournisseur du coin est nécessaire.  J’y achèterai également des batteries supplémentaires.

Quand on a l’habitude du gros réflex DSLR (surtout le mien), la taille et le poids de l’objet  surprennent. En manipulant l’appareil on découvre que c’est vraiment un très beau jouet. C’est le mot qui vient. Si léger et si rapide à dégainer. Le passage en revue des boutons crantés, voila du solide et de la précision dans les roues crantées  même si la roue de correction de l’expo est un peu trop souple. Le passage dans les menus est, contrairement à ce que j’ai lu, très très facile et je trouve que l’appareil nous incite tout de suite à créer  plusieurs modes à l’avance (filtres couleurs, iso etc…)  La fameuse touche Q pour l’accès aux réglages rapides est vraiment  un beau cadeau pour le photographe.

Extérieurement l’appareil black édition (je n’ai pas eu le choix) est très sobre et le look classique est franchement rétro. Les gars du marketing ont bien capté l’esprit Leïca, jusque dans les gravures de la marque et du fameux modèle M.

Pour moi c’est un grand plaisir d’avoir en main ce bonsaï japonais aux multiples talents. Un tour dans la rue s’impose rapidement. Pour un premier test aux heures bleues.

Leave a Reply